Méditation pleine conscience

Je propose ici des méthodes de méditation inspirées du bouddhisme et de ma propre expérience. Les cours proposés sont à la portée de tous, il suffit d’avoir la motivation. Vous pouvez intégrer cette pratique au quotidien pour trouver un équilibre et profiter pleinement de votre vie.

La méditation qu’on appelle pleine conscience est inspirée de celle de Vipassana, qu’on peut traduire par la « vue profonde », une conscience éveillée de ce qui se passe lorsque cela se produit. 

Cette méthode est un engagement graduel de la pleine conscience.  C’est une technique à la fois simple et très complète. Une pratique avec des exercices codifiés de l’esprit afin de devenir de plus en plus conscient de notre propre expérience de vie.

C’est une écoute attentive, un regard aiguisé et une analyse développée.

Nous apprenons à sentir de manière affutée, à toucher pleinement, et à être attentifs aux choses qui se déroulent autour de nous.

La pratique de la pleine conscience est un exercice mental qui nous apprend à vivre la vie d’une manière simple, pleinement. 

Nous utilisons notre respiration comme l’outil principal car; elle répond aux critères demandés comme l’objet utile de la méditation. En effet, cet objet est portable, facilement disponible et peu cher. Il ne doit pas non plus nous mettre dans des états d’esprit desquels nous essayons de nous libérer, tels que le désir, la haine, ou l’illusion. La respiration est commune à tout le monde. Nous l’emporterons avec nous où que l’on aille. Elle est toujours là, constamment disponible, ne cesse jamais tant que l’on est vivant et ne coûte rien.

Voici un extrait de Satipatthana sutta, le discours du Bouddha sur l’établissement de la pleine conscience:

Dans la partie contemplation du corps :

Et comment un moine demeure-t-il concentré sur le corps dans le corps ?

Voici un moine s’étant rendu dans la nature, sous l’abri d’un arbre, ou dans une pièce vide, il s’assied jambes croisées, tenant son corps droit et l’attention établie devant lui.

Ainsi attentif, il inspire ; attentif, il expire.

Ayant une inspiration longue, il discerne, “j’ai une inspiration longue”. ou expiration longue, il sait, j’ai une longue expiration.

Ou ayant une expiration courte, il sait “ j’ai une expiration courte” ou inspiration courte , il discerne , “j’ai une inspiration courte”

… Ainsi nous pouvons continuer notre exercice sur :

  1. La contemplation du corps
  2. La contemplation des sensations
  3. La contemplation de l’esprit

Laisser un commentaire